Vous aider dans la détermination de votre cahier des charges, c’est entendre vos besoins, vos contraintes, vos envies et vos motivations
24 Avr

Les taux du crédit immobilier pour l’achat d’une maison en vente à Échirolles vont-ils remonter ?

L’inquiétude est palpable : le Comité de Bâle, qui milite en faveur d’un renforcement des fonds propres des banques pour limiter les risques liés à l’octroi des prêts les plus tendus pourrait limiter les banques dans leur capacité à proposer des crédits à taux fixe. La raison ? Les autorités européennes s’inquiètent de la guerre des taux bas à laquelle elles se livrent. L’exemple en France est flagrant : selon le courtier Meilleurtaux, 75% des banques proposent aujourd’hui des taux inférieurs à 2,10 %. Il y a un an, elles n’étaient que 20 % à proposer des niveaux aussi bas ! Le problème, c’est qu’elles ne réservent pas ces taux hyper attractifs qu’aux très bons dossiers. Alors, quelle sera la situation quand la BCE arrêtera de faire tourner la planche à billets à plein régime ?
Face aux nouvelles mesures destinées à soutenir l’économie dans la zone euro, le courtier Meilleurtaux estime, lui, que « la baisse des taux des crédits immobiliers à Échirolles comme ailleurs pourrait continuer, car les banques sont plus que fortement incitées à prêter, aux ménages évidemment, mais également et surtout aux entreprises de la zone euro ». Pour Maël Bernier, directrice de la communication de Meilleurtaux, le message du président de la BCE Mario Draghi est très clair. Et il s’adresse bien sûr aux banques, qui doivent continuer à prêter d’autant que cela ne leur coûte plus rien.

Reste que des interrogations demeurent. Quelle conséquence pour les banques ? Le haut conseil de stabilité financière a lancé un nouvel avertissement, car il juge que les banques prêtent à des taux trop bas. Du coup, elles prennent trop de risques. Le régulateur européen s’apprête à intervenir. Ce qui l’inquiète ? C’est qu’elles prêtent à taux fixe. Donc si le taux de la dette à 10 ans, sur lequel sont indexés les taux d’emprunt immobilier, repart à la hausse, les établissements financiers se retrouveront en difficulté. D’où cette idée des régulateurs : obliger les banques à mettre plus de capitaux en réserve. Elles seront alors obligées, soit de lever le pied, soit de proposer des taux variables.

C.V. / Bazikpress © Frédéric Massard

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée